Nietzsche

La pensée et l’œuvre de Nietzsche ont suscité de nombreuses controverses et malentendus, ce qui se comprend aisément, vu la critique radicale et décapante qu’il propose des bases mêmes de notre civilisation d’abord grecque, puis judéo-chrétienne.

On refusa longtemps à Nietzsche la qualité de philosophe, en alléguant ses contradictions, son style poétique, sa maladie. Son œuvre fut défigurée par la propagande nazie (la notion de surhomme), elle fut aussi accusée de servir de couverture idéologique au capitalisme.

Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des grands penseurs qui ont modelé le visage du XXème siècle. Son diagnostic sur l’état de la culture occidentale est très dur : les valeurs suprêmes sont dévalorisées, l’édifice mensonger de la pensée chrétienne est épuisé et la philosophie rationnelle héritée de Socrate s’écroule.

Depuis toujours, la tradition gréco-chrétienne porte en elle les germes de ce néant dont il constate les effets. Nietzsche laisse dans l’histoire des idées l’empreinte de sa forte personnalité : un engagement passionné, une volonté radicale